Skip to product information
1 of 1

Ciat Lonbarde

Ieaskul F. Mobenthey - Swoop

Ieaskul F. Mobenthey - Swoop

Regular price $247.00 USD
Regular price Sale price $247.00 USD
Sale Sold out

IN STOCK

Eurorack format from Ciat-Lonbarde

It’s a new kind of synthesis called bounds and bounce!

(German text below)

Text by Peter Blasser

The Swoop module is essentially a bound/bounce control voltage processor, in the lineage of such multi-purpose tools as the “Serge Dual Universal Slope Generator”. Like that module, Swoop responds to:

  • input voltages that set target boundaries in voltage

  • control voltages for angle of both the down and up segments of the waveform

  • trigger voltages that perform a single “swoop” up or down.

It differs, however from the DUSG, in that it truly is a free-running oscillator, that will bounce between any given boundaries; bounds take a more correlative role in deciding the frequency. In fact, it is already running when given zero input, bouncing infinitesimally at a very high resultant frequency. This oscillator was conceived as a sort of triangular answer to the operation of filters, that take an input and resonate damp. Damping, in Swoop, results in an ever higher and higher frequency, thus fulfilling the bounds/bounce concept. Inspired by the idea of polarity, there are actually two triggers, for upward swoop and downward swoop, or even both ways consecutively.

Swoop is an 8HP Eurorack module that runs on +12 and -12 volts. Attach power connector positive to “+” and negative to “-”. Failure to follow proper power polarity will result in instant destruction of unit.

Looking at the front panel of Swoop, note that inputs are marked by copper fill. The two bounds inputs each control both upper and lower boundaries. They do this by rectification. With no connections, they are set at zero, and thus as mentioned already, oscillator is squeezed into this infinitesimal space. If one connection is made, the oscillator will bounce up and down between zero and the voltage, whether it be positive or negative. Likewise, with two inputs, the oscillator bounces between whichever is highest and whichever is lowest.

Up in the bounds zone, there is a range switch. When in middle position, Swoop runs at a standard audio rate. Pointing downward is a low audio rate, and pointing upwards is a definite CV, lowest rate.

The triangular output is the position of the wave, and square is the mechanical signal to go up or down, a good way to hear its frequency.

The bounce section is a very standard sort of analog math block. There is a bounce “basis” knob for both down and up slopes, to set the base rate. Above it, there is an attenuverter, marked by a bow-tie, to process the modulation inputs, at top. In addition to the down and up inputs, there is a “both” input, in the middle for convenience. That input feeds into both the down and up inputs, which have separate attenuverters. An attenuverter works like this: at noon the modulations are nulled out, they have no effect; clockwise from there they increase in intensity, with positive input meaning “more”; to the counter-clockwise direction, modulations increase as well, but with negative input meaning “more”. This knob is essential to controlling how much, and in which direction, your modulations apply.

At the very bottom of the module is the triggered swoop section. As mentioned above, there are two swoops, negative-going and positive going. The trigger responds to a positive transition, crossing one diode drop above ground (one volt). This should work with pretty much any gate signal but also analog signals larger than two volts peak to peak. The outputs here are gate signals, from zero to twelve volts, indicating that the swoop has finished its duty cycle. These can be used to trigger the other swoop to make a chain of different polarity swoops, or connected in “x” formation, generating a continuous oscillation. To make a recirculating positive swoop, you can connect its output to its input, likewise for a recirculating negative swoop. The analog swoop voltage is “read” at the triangular output, up top. They cause the signal to travel once to the eight (or negative eight) volt mark.

Lineage of Swoop

I guess I first worked on swoop in the Dogslit, and the associated Conrad Papers. These were all paper circuits, originally designed for controlling the light boxes of Dan Conrad. Each swoop was like a unit cell, creating this triangular event, and then triggering another swoop; montages of loops and other topographies could be constructed from multiple swoops. These then controlled a Dogvoice (to be released by Ieaskul in Eurorack form); the multiple overlapping events resulted in unpredictable growls and barks, like how a dog wants to think nomadically.

There were swoops and anti-swoops, meaning some went up and some went down. Physically the circuits were separate. Around this time I realized how much they paralleled the DUSG, and how Serge musicians will use that module as well to create montages of cellular units that trigger each other.

Fast forward about six years, at the development of the Shnth device, a digital synthesizer. It used an internal language to process, and indeed emulate analog functions. The opcode “swoop” was designed to enable granular synthesis with triangular events, but it also happened to emulate the primitive piezo flex gesture: press down and release result in an upward swoop immediately followed by a downward swoop. It worked this way in the default “dirac” mode, or using signed math. But it also had an “arab” mode wherein swoop operated with just one positive going triangle. It so happened that signed math generated this unique “double bubble” sound from the positive swoop to negative swoop crossing zero.

There was one more purposing of the term “swoop” in code, as a synthetic response function for enemy chubes in the game “Mikey Walker”. Chubes respond to punches by wobbling and then falling if punched in time with their resonance: that's the aim of the game. So I was seeking to provide another type of response than the standard (but totally wonderful) resonant filter. In a separate chapter I can describe how I used Anthony Braxton's tri-centric logics as a brainstorm for the idea of using a triangle wave as a resonant filter. Essentially it needs to have an input, not a modulation input but an input as like a filter, and it needs to damp energy down by oscillating it. Of course, when a triangle wave gets bigger and smaller its frequency changes, according to the bounds/bounce concept; this helped enrich gameplay with a new resonant strategy for enemies.

So in Ieaskul's swoop, we have several threads of analog, emulation, and conceptual coming together in one module. There is biphasic support, swoop and anti-swoop are not separated anymore; but along with signed math also comes unsigned math. There is the emulation of gestural flex, in Newton's own “equal and opposite reactions”. And there is the possibility of a “resonant triangle” and what happens when it is damped: Ieaskul's masthead, the paradox wave.

Im Wesentlichen handelt es sich beim Swoop um einen Bound/Bounce Steuerspannungsprozessor in der Tradition von Multifunktionswerkzeugen wie dem Serge Dual Universal Slope Generator. Wie dieses Modul auch, reagiert Swoop auf:

  • Eingangsspannungen, die Zielwerte bestimmen

  • Steuerspannungen, um die auf und ab Bewegungen einer Wellenform zu beeinflussen

  • Trigger, die einen einzigen „Swoop“ starten

Swoop unterscheidet sich jedoch in vom DSG: Das Modul ist ein tatsächlich freischwingender Oszillator, der zwischen allen erdenklichen Grenzen bounct; Bounds hingegen nehmen hinsichtlich der Frequenz eine eher korrelative Rolle ein. Tatsächlich läuft der Oszillator bereits ohne Input und bounct infinitesimal in sehr hoher Frequenz. Dieser Oszillator wurde gewissermaßen als dreieckförmige Antwort auf die Funktionsweise von Filtern konzipiert, die ein Eingangssignal gedrosselt resonieren. Bei Swoop resultiert diese Dämpfung in einer höher und höher werdenden Frequenz – ein Vorgang, der das Bounce/Bounds-Konzept erfüllt. Der Idee von Polarität folgend, sind zwei Trigger vorhanden, einer für den Swoop aufwärts, ein weiterer für den Swoop abwärts – oder beide Richtungen nacheinander.

Swoop ist ein 8HP Eurorack-Modul, das mit +12/-12 Volt betrieben wird. Der positive Anschluss sollte an „+“, der negative an „–" angeschlossen werden. Missachtung der Polarität führt zur sofortigen Zerstörung des Moduls.

Signaleingänge sind markiert durch Kupferfüllungen. Die beiden Bounds-Eingänge bestimmen die jeweils oberen und unteren Grenzen durch Gleichrichtung. Liegt kein Eingangssignal an, wird der Oszillator, wie bereits angemerkt, in den infinitesimalen Raum gedrückt. Liegt eines an, bounct der Oszillator auf und ab zwischen Null und der positiven oder negativen Eingangsspannung. Bei zwei Eingangssignalen verhält sich der Oszillator auf gleiche Weise und bounct zwischen dem höchsten und niedrigsten Wert.

Oben im Bounds-Bereich ist ein Rate-Schalter. In mittlerer Position wird Swoop in herkömmlichen Audiobereich betrieben. Schaltet man nach unten, wechselt das Signal in einen niedrigen Audiobereich; zeigt der Schalter nach oben, verlangsamt sich das Tempo weiter, und man befindet sich im CV-Bereich.

Der dreieckförmige Output gibt den aktuellen Wert der Wellenform aus, der rechteckförmige das sich auf- und abwärts bewegende mechanische Signal – eine gute Möglichkeit also, die Frequenz des Oszillators abzuhören.

Die Bounce-Sektion ist ein sehr herkömmlicher analoger Mathebereich. Um den Grundbereich der Schwingung zu bestimmen, gibt es einen Basis-Regler für Bounce. Darüber befindet sich ein Attenuverter, markiert durch eine Schleife, zur Justierung des Modulations-Inputs. Der Einfachheit halber befindet sich über die ab- und aufwärts Eingänge hinaus ein „Both“-Eingang in der Mitte. Dieser Input leitet das Signal über getrennte Attenuverter sowohl an den ab- wie den aufwärts Eingang.

Ein Attenuverter funktioniert so: Befindet sich der Regler in 12-Uhr-Position, hat die eingehende Modulation keinen Effekt. Im Uhrzeigersinn verstärkt sich ihre Intensität positiv, gegen den Uhrzeigersinn hingegen negativ. Dieser Regler ist also essentiell, um die Stärke und Richtung der verwendeten Modulation zu bestimmen.

Am unteren Ende des Moduls befindet sich der getriggerte Bereich von Swoop. Wie bereits erwähnt, gibt es zwei Swoops: einen negativ und einen positiv gerichteten. Der Trigger reagiert auf positive Richtungswechsel. Das sollte mit so gut wie jedem Gate-Signal und anderen Analogsignalen funktionieren, solange sie größer als zwei Volt von Peak zu Peak sind. Die Outputs geben Gate-Signale zwischen 0 und 12 Volt aus, die Hinweise darauf liefern, dass der Swoop einen Arbeitszyklus durchlaufen hat. Das Gate-Signal kann verwendet werden, um einen weiteren Swoop zu triggern und auf diese Weise eine Kette von Swoops unterschiedlicher Polarität zu erzeugen; oder man generiert eine anhaltende Oszillation, indem man sie in X-Formation verbindet. Einen anhaltenden positiven Swoop erhält man, indem man Out- und Input miteinander verbindet, gleiches gilt für einen Swoop in negativer Richtung. Die analoge Swoop-Spannung kann am dreieckförmigen Augang abgegriffen werden, wo das Signal zwischen plus und minus 8 Volt pendelt.

-

Format Eurorack de Ciat-Lonbarde


C’est un nouveau type de synthèse appelé bounds and bounce!

(Texte allemand ci-dessous)


Texte de Peter Blasser


Le module Swoop est essentiellement un processeur de tension de contrôle bound/bounce, dans la lignée d'outils polyvalents tels que le «Serge Dual Universal Slope Generator». Comme ce module, Swoop répond à :


• les tensions d'entrée qui définissent les limites cibles en tension


• contrôler les tensions pour l'angle des segments bas et haut de la forme d'onde


• des tensions de déclenchement qui effectuent un seul «coup» vers le haut ou vers le bas.


Il diffère, cependant du DUSG, en ce qu'il s'agit vraiment d'un oscillateur libre, qui rebondira entre des limites données; les bornes jouent un rôle plus corrélatif dans le choix de la fréquence. En fait, il est déjà en cours d'exécution lorsqu'il est donné une entrée nulle, rebondissant à l'infini à une fréquence résultante très élevée. Cet oscillateur a été conçu comme une sorte de réponse triangulaire au fonctionnement des filtres, qui prennent une entrée et résonnent de l'humidité. L'amortissement, dans Swoop, se traduit par une fréquence de plus en plus élevée, remplissant ainsi le concept de limites / rebond. Inspiré par l'idée de polarité, il existe en fait deux déclencheurs, pour un coup vers le haut et un coup vers le bas, ou même les deux sens consécutivement.


Swoop est un module 8HP Eurorack qui fonctionne sur +12 et -12 volts. Branchez le connecteur d'alimentation positif sur «+» et négatif sur «-». Le non-respect de la polarité électrique appropriée entraînera la destruction instantanée de l'unité.


En regardant le panneau avant de Swoop, notez que les entrées sont marquées par un remplissage en cuivre. Les deux entrées de limites contrôlent chacune les limites supérieure et inférieure. Ils le font par rectification. Sans connexion, ils sont mis à zéro, et donc, comme déjà mentionné, l'oscillateur est pressé dans cet espace infinitésimal. Si une connexion est établie, l'oscillateur rebondira entre zéro et la tension, qu'elle soit positive ou négative. De même, avec deux entrées, l'oscillateur rebondit entre celui qui est le plus élevé et celui qui est le plus bas.


Dans la zone des limites, il y a un interrupteur de gamme. Lorsqu'il est en position médiane, Swoop fonctionne à un débit audio standard. Pointer vers le bas est un faible débit audio, et pointer vers le haut est un CV défini, le taux le plus bas.


La sortie triangulaire est la position de l'onde, et le carré est le signal mécanique pour monter ou descendre, un bon moyen d'entendre sa fréquence.


La section de rebond est une sorte très standard de bloc mathématique analogique. Il existe un bouton de «base» de rebond pour les pentes descendantes et montantes, pour régler le taux de base. Au-dessus, il y a un atténuateur, marqué par un nœud papillon, pour traiter les entrées de modulation, en haut. En plus des entrées vers le bas et vers le haut, il y a une entrée «les deux», au milieu pour plus de commodité. Cette entrée alimente les entrées vers le bas et vers le haut, qui ont des atténuateurs séparés. Un atténuateur fonctionne comme ceci: à midi les modulations sont annulées, elles n'ont aucun effet; dans le sens des aiguilles d'une montre à partir de là, leur intensité augmente, avec une entrée positive signifiant «plus»; dans le sens anti-horaire, les modulations augmentent également, mais avec une entrée négative signifiant «plus». Ce bouton est essentiel pour contrôler dans quelle mesure et dans quelle direction vos modulations s'appliquent.


Tout en bas du module se trouve la section swoop déclenchée. Comme mentionné ci-dessus, il y a deux swoops, négatif et positif. Le déclencheur répond à une transition positive, traversant une goutte de diode au-dessus du sol (un volt). Cela devrait fonctionner avec à peu près n'importe quel signal de porte, mais aussi des signaux analogiques plus grands que deux volts crête à crête. Les sorties ici sont des signaux de porte, de zéro à douze volts, indiquant que le swoop a terminé son cycle de service. Ceux-ci peuvent être utilisés pour déclencher l'autre swoop pour faire une chaîne de swoops de polarité différente, ou connectés en formation «x», générant une oscillation continue. Pour faire un swoop positif en recirculation, vous pouvez connecter sa sortie à son entrée, de même pour un swoop négatif en recirculation. La tension de balayage analogique est «lue» à la sortie triangulaire, en haut. Ils font voyager le signal une fois jusqu'à la marque de huit (ou huit) volts.


Lignée génétique de Swoop


Je suppose que j'ai d'abord travaillé sur Swoop dans Dogslit, et les Conrad Papers associés. C'étaient tous des circuits papier, conçus à l'origine pour contrôler les caissons lumineux de Dan Conrad. Chaque coup était comme une cellule unitaire, créant cet événement triangulaire, puis déclenchant un autre coup; des montages de boucles et d'autres topographies pourraient être construits à partir de multiples swoops. Ceux-ci contrôlaient alors un Dogvoice (qui devait être publié par Ieaskul sous forme d'Eurorack); les multiples événements qui se chevauchent ont entraîné des grognements et des aboiements imprévisibles, comme la façon dont un chien veut penser de manière nomade.


Il y avait des swoops et des anti-swoops, ce qui signifie que certains sont montés et d'autres sont descendus. Physiquement, les circuits étaient séparés. À cette époque, j'ai réalisé à quel point ils mettaient en parallèle le DUSG et comment les musiciens de Serge utiliseraient également ce module pour créer des montages d'unités cellulaires qui se déclenchent les unes les autres.

Avance rapide d'environ six ans, lors du développement de l'appareil Shnth, un synthétiseur numérique. Il a utilisé un internelangage pour traiter et même émuler les fonctions analogiques. L'opcode «swoop» a été conçu pour permettre une synthèse granulaire avec des événements triangulaires, mais il s'est également produit pour émuler le geste primitif piezo flex: appuyer vers le bas et relâcher entraîne un coup vers le haut immédiatement suivi d'un coup vers le bas. Cela fonctionnait de cette façon dans le mode "dirac" par défaut, ou en utilisant des mathématiques signées. Mais il avait aussi un mode «arabe» dans lequel le swoop fonctionnait avec un seul triangle positif. Il se trouve que les mathématiques signées génèrent ce son unique de «double bulle» du coup positif au coup négatif passant à zéro.


Il y avait une autre finalité du terme «swoop» dans le code, en tant que fonction de réponse synthétique pour les chubes ennemis dans le jeu «Mikey Walker». Les Chubes répondent aux coups de poing en oscillant puis en tombant s'ils sont frappés à temps avec leur résonance: c'est le but du jeu. Je cherchais donc à fournir un autre type de réponse que le filtre résonant standard (mais totalement merveilleux). Dans un chapitre séparé, je peux décrire comment j'ai utilisé la logique tri-centrique d'Anthony Braxton comme un brainstorming pour l'idée d'utiliser une onde triangulaire comme filtre résonnant. Essentiellement, il doit avoir une entrée, pas une entrée de modulation mais une entrée comme un filtre, et il doit amortir l'énergie en l'oscillant. Bien sûr, lorsqu'une onde triangulaire devient de plus en plus petite, sa fréquence change, selon le concept de limites / rebond; cela a contribué à enrichir le gameplay avec une nouvelle stratégie résonnante pour les ennemis.


Donc, dans le swoop d'Ieaskul, nous avons plusieurs threads d'analogique, d'émulation et de concept qui se réunissent dans un seul module. Il y a un support biphasique, le swoop et l'anti-swoop ne sont plus séparés; mais avec les mathématiques signées viennent aussi les mathématiques non signées. Il y a l'émulation du flex gestuel, dans les propres «réactions égales et opposées» de Newton. Et il y a la possibilité d'un «triangle résonnant» et ce qui se passe quand il est amorti: la tête de mât d'Ieaskul, la vague paradoxale.

View full details